II  Trésor des templiers : une nouvelle hypothèse en Lorraine

      2) Qui a pu avoir connaissance du trésor des templiers en Lorraine ?

            c) les évêques de Metz à l'époque des Templiers

 Metz

 Metz est le siège d'un évêché dépendant de l'archevêché de Trèves et qui dispose du pouvoir temporel.
Remarque :  l'évêché de Verdun dependait aussi de Trèves alors que  que l'évêché de Toul dépendait de l'archevêché de Mayence

 Metz reste longtemps une ville libre, vassale du Saint Empire romain germanique

Metz - Porte des Allemands des  XIII ième  - XV ième siècles


Le pays messin :

 Le pays messin était composé de deux cent quatorze villages regroupés pour des raisons fiscales en sept pays :


Le Saulnois
L’Isle
Val-de-Metz
Le Haut–Chemin
Le Franc-Alleu
Le Ban de Bazeilles
La terre de Gorze



 
Liste des évêques de Metz :

Au XII ième siècle

  • 1104-1115 : Adalbéron,51e évêque de Metz
  • 1117-1120 : Après deux ans de vacance épiscopale, Théoger 52e évêque de Metz
  • 1120-1162 : Étienne de Bar 53e évêque de Metz
  • 1163-1171 : Thierry III « de Bar », 54e évêque de Metz
  • 1171-1173 : Frédéric de Pluvoise, dit « Ferri », 55e évêque de Metz
  • 1173-1179 : Thierry IV « de Lorraine » 56e évêque de Metz
  • 1180-1212 : Bertram 57e évêque de Metz
  • L' abbé de Clairvaux se rendit  deux fois à Metz, en 1132 et en 1153.
    En 1133, le comte de Salm assiège la ville et il faut l’intervention de saint Bernard pour le faire renoncer .
    Vingt ans plus tard, c’est le comte de Bar,  Renaud II, qui battit  les Messins à Pont-à-Mousson.
    Saint Bernard intervient à nouveau et fait imposer la paix .(n'oublions pas que André de Montbard, oncle de Saint Bernard, est de la famille des comtes de Bar)

    L'évêque Bertram fut chassé du trône par l’Empereur de Germany et obligé de se réfugier à Cologne avant de rentrer à Metz à la mort de Frédéric Barberousse.
    Bertram  fit construire une forteresse à Vic-sur-Seille, laissant « la haute justice » criminelle dans les mains de son « Grand Voué », le comte de Dabo.

    Henri III comte de SALM est nommé avoué de Vic aux côtés de l'évêque Bertram (1202).

    Forteresse de Vic  encore existante sur la carte des Naudin vers 1730

    En 1215 ,  l’Empereur  est obligé d’intervenir pour apaiser un conflit entre l'évêque et les messins ,qui reprend onze années plus tard pour le même motif de la contribution cléricale à l’entretien des murs.

    La mort de Gertrude, l’héritière de Dabo, dernière comtesse de Metz et la question de sa succession entraînent la cité de Metz dans une guerre, appelée « guerre des Amis » (1231-1234).

    Au XIII ième siècle

    1212-1224 : Conrad de Scharfenberg 58e évêque de Metz
    1224-1238 : Jean Ier « d’Apremont » 59e évêque de Metz
    1239-1260 : Jacques de Lorraine 60e évêque de Metz
    1260-1263 : Philippe de Florange 61e évêque de Metz
    1264-1269 : Guillaume de Traînel 62e évêque de Metz
    1269-1279 : Laurent de Lichtenberg 63e évêque de Metz
    1280-1282 : Jean II de Metz dit « de Dampierre » ou « de Flandre » († 1291), 64e évêque de Metz (1279-1282) puis prince-évêque de Liège (1282-1291)
    1282-1296 : Bouchard d’Avesne 65e évêque de Metz
    1297-1302 : Gérard de Rhéninghe 66e évêque de Metz

    Au XIV ième  siècle

    1302-1316 : Renaud de Bar 67e évêque de Metz
    1316-1325 : Henri Dauphin 68e évêque de Metz
    1325-1327 : Louis de Poitiers 69e évêque de Metz
    1327-1361 : Adémar de Monteil 70e évêque de Metz
    1361-1365 : Jean III « de Vienne » 71e évêque de Metz
    1365-1384 : Thierri V Bayer de Boppard 72e évêque de Metz
    1384-1387 : Saint Pierre de Luxembourg 73e évêque de Metz
    1387-1415 : Raoul « de Coucy » 74e évêque de Metz

    Renaud de Bar , fils du comte Thibaud II de Bar est le  frère de Henri III de Bar, qui épousa Eléonore, la fille du roi d'Angleterre Edouard Ier. Thibaud II comte de Bar est le frère de Jeanne qui épousa Frédéric de SALM, comte de Blâmont.

    Il entra
    en 1313 en conflit avec Ferri IV de Lorraine à propos de perception de décimes sur des biens ecclésiastiques.                                                
    L'évêque appela à son secours son neveu, Edouard Ier, comte de BAR et son neveu Nicolas, comte de SALM.
    L'évêque fut battu à Frouard où les comtes de BAR et de SALM furent faits prisonniers .
    Un traité ratifié en 1314 rendit la liberté aux prisonniers.
    Renaud de Bar fut assassiné en 1316.


    Le Barrois
    .

    En 1301, le comte Henri III de Bar fut vaincu et fait prisonnier par Philippe le Bel.
    Il dut faire hommage au roi de France pour la partie de son comté située à l'ouest de la Meuse .
    Le Barrois « mouvant », soumis à la suzeraineté du roi de France, est alors distingué du Barrois comtal ou ducal, pour lequel le comte, puis le duc, demeure soumis à l'empereur.

    On peut en déduire que le comte de Bar ne devait pas apprécier Philippe le Bel.

    Il n'a pas fait diligence dans son comté pour arrêter les Templiers quand l'ordre en fut donné par le roi de France.?.

    L'empereur Charles IV, « roi des Romains », érige le comté de Bar en duché en 1354.
    Le comte Robert, gendre du roi de France  Jean le Bon, est ainsi le premier duc de Bar.

    Illustration de changement de propriétaire d'une ville, Stenay:

    Au Xième siècle, Stenay appartenait à la maison d'Ardenne; elle appartint ensuite aux ducs de Bouillon;
    Godefroi de Bouillon la vendit en partant pour la Croisade à l'évêque de Verdun qui la donna au comte de Luxembourg.
    Celui-ci la revendit à Renaud, comte de Bar. 


    Page suivante                       Retour  table des matieres